Début novembre, notre équipe était présente sur le pôle Construction Tech du salon Bâtimat. Retour sur ces journées axées sur l’échange, l’évolution du monde de la construction ainsi que la place de la numérisation 3D et des drones dans ce nouveau paradigme.

Le 4 novembre, le salon Batimat ouvrait ses portes pour sa soixantième édition.
L’équipe Scandrone était sur place afin de présenter les nouvelles solutions apportées par la digitalisation dans ce domaine.
Cette rencontre était également l’occasion pour notre équipe de mettre en avant sa toute nouvelle activité : la métrologie.

La métrologie quèsaco ?

La métrologie est l’ensemble des techniques permettant d’effectuer des mesures précises, de les interpréter et d’assurer leur fiabilité.
Elle est utilisée pour quantifier des évolutions de grandeurs précédemment mesurées pour avoir une vision du comportement d’une structure dans le temps. L’objectif étant d’anticiper au plus tôt les évolutions dues à l’usure.
Grâce au scanner laser, il est possible de réaliser un nuage de points laser. Celui-ci permet, notamment, de mesurer la déformation d’objets et d’ouvrages, de réaliser des calculs sur des structures intérieures telles qu’une charpente ou extérieures comme un pont.
Grâce à cette nouvelle compétence, Scandrone souhaite pouvoir offrir un éventail de services au plus proche des besoins de ses partenaires du BTP.

Des drones dans le BTP ?

Bien que cela puisse surprendre, le drone et la numérisation 3D ont toute leur place dans l’univers du BTP et offrent de grandes opportunités dans le monde de la construction.
En effet, au-delà de la métrologie, le scanner laser et/ou la prise de photographies, associé(s) au traitement numérique de ces données permettent, par exemple de :

  • reconstituer numériquement des objets et bâtiments grâce à la photogrammétrie,
  • suivre l’évolution et l’avancement de chantier,
  • créer la maquette numérique BIM d’un bâtiment,
  • inspecter des zones difficiles d’accès ou dangereuses,
  • réaliser des relevés complexes très simplement grâce au relevé 3D,
  • réaliser des mesures de haute précision grâce à la métrologie.

L’intérêt pour le constructeur

Tout d’abord, le gain de temps !

Faire appel à un télépilote pour inspecter une zone difficile d’accès est moins contraignant que de faire venir une nacelle élévatrice sur un chantier mais aussi moins dangereux.
Par ailleurs, avec seulement une prise de mesures il est possible de réaliser de nombreux diagnostiques qui, initialement, demandaient plusieurs jours d’interventions et de calculs.
Le recours au drone et à la modélisation 3D permet aussi une réduction des coûts logistiques et d’exécution de chantiers.

Les innovations du secteur

Ce qui est novateur c’est la possibilité de pouvoir confronter le « tel que conçut » au « tel que construit », tout comme de pouvoir analyser et visualiser les déformations dues au temps sur des ouvrages d’art ou encore la possibilité de créer une maquette numérique paramétrique 3D qui contient les données intelligentes et structurées d’un bâtiment.
Le recours au scanner laser, associé au traitement et à l’analyse des données récoltées, permet aussi d’améliorer la prise de décision et les performances tout au long du cycle de vie des projets de construction.

Et après ?

Vu la rapidité avec laquelle se développent les nouvelles technologies, il est tout à fait envisageable de penser que la place du numérique dans le monde du bâtiment ne fera qu’augmenter au fil des prochaines années, jusqu’à devenir indispensable à la construction du monde de demain.